chasseurs de neige

paul yoon

Albin Michel, 2016, 191 p. Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Marina Boraso

Yohan est coréen, il a vécu la guerre dans son pays, dans les années 50. Il a passé, ensuite, quelques années dans un camp américain. On lui propose alors de partir au Brésil pour y vivre et travailler. Il arrive donc dans ce pays, ne parlant pas la langue, mais ayant une seule adresse, celle d’un tailleur japonais, Kiyoshi. Celui-ci l’accueille dans sa maison et sans lui poser plus de questions, l’installe chez lui et lui apprend le métier que Yohan avait commencé à apprendre dans le camp américain. Peu à peu, le jeune homme essaye d’oublier ses souvenirs de guerre et en particulier, un ami d’enfance, devenu aveugle pendant la guerre. Il se lie d’amitié avec Peixe, un homme qui travaille comme gardien dans une église at aussi avec deux jeunes enfants, un garçon et une fille qui vagabondent dans les rues et dont il ne sait rien. Les années passent, les souvenirs aussi, et Yohan reprend goût à la vie peu à peu.

Un très beau livre à l’écriture mélancolique. Paul Yoon nous livre le portrait d’un homme, abîmé par la guerre et ses souvenirs qui va peu à peu revivre grâce au temps qui passe, à l’amitié silencieuse et désintéressée de quelques personnes, à l’apprivoisement d’un autre mode de vie et d’une autre culture. Un joli parcours comme une renaissance, toujours possible.