téléchargement (1)(English Edition)

Chatto & Windus, 2014, 514 p

1967-1970. Calcutta. Dans la famille Gosh, voici le père Prafullanath, le patriarche qui a construit un empire avec des usines de papier, à force de volonté et d’opportunisme. La mère Charubala, matrone, pilier de la maison familiale secondée par un serviteur Madan. Les enfants sont devenus grands, l’aîné Adinath est sérieux, le deuxième Priyo marié à une femme de condition plus modeste et jalousée par Chhaya, la sœur, disgraciée par sa couleur de peau et son strabisme, le quatrième, rêveur préfère parler poésie plutôt que comptabilité et le dernier porteur d’un gène malfaisant, dérive peu à peu vers des actes vils qui le conduira à sa perte ! Cette famille riche de Calcutta cache bien des failles et reste pourtant à l’abri, sourde au reste du pays qui doit faire face à la pauvreté des campagnes, aux rapports de force marqués par l’injustice et la précarité.

Un des petits-enfants décide de faire partie du mouvement social qui gronde et s’engage dans la lutte aux côtés des paysans. En contrepoint du quotidien de cette famille, de son histoire, de ses rivalités et de ses bassesses, on suit ce jeune homme Supratik dans sa quête de justice sociale, partageant la réalité de la vie des paysans et menant des activités violentes.

Neel Mukherjee fait la chronique historique et sociale d’une famille aisée de Calcutta dans les années 70. Le roman est détaillé, les personnages sont extrêmement bien étudiés, l’écriture est vraiment sublime. Neel Mukherjee est un grand écrivain. Il mêle histoire individuelle et collective dans ce grand moment d’histoire révolutionnaire. Ce livre a été finaliste du Man Booker Prize 2014. Neel Mukherjee est également l'auteur du très bon roman Le passé continu.

Article du Guardian

Article de Tweed's