brooklyn

colm toibin

Robert Laffont, 2011, 314 p. Traduit de l’anglais (Irlande) par Anna Gibson

Dans les années 50, une jeune fille vit avec sa mère et sa grande sœur dans une petite ville d’Irlande. Le père est mort, et les frères sont partis en Angleterre. Elle s’appelle Eilis Lacey. Elle se contente de cette vie avec ses amies, et le projet de devenir comptable, jusqu’à ce qu’une opportunité se présente pour qu’elle aille vivre et travailler à New York. Réticente, mais répondant aux désirs de sa mère et de sa sœur, Eilis décide de franchir le pas et de s’installer aux Etats-Unis pour être vendeuse dans un grand magasin. Les débuts sont difficiles, elle vit dans une pension de famille dirigée par une matrone un peu stricte, qui veille au grain. Malgré la nostalgie de son pays et de sa famille, Eilis trouve peu à peu sa place dans ce nouveau pays, rencontre quelqu’un, prend goût à la liberté. Jusqu’au jour où elle doit rentrer en Irlande après un drame familial. Ecartelée affectivement entre les deux pays, où et avec qui sera son avenir ?

Colm Toibin nous décrit à la perfection la vie d’une immigrante irlandaise, dans l’Amérique des années 50. On est replongés dans le passé comme si on y était ! C’est temporellement dépaysant ! On passe un bon moment de lecture.